Logo de VoyagerAlgerie.com
Facebook share
Partage cet Article sur Google Partage cet Article sur LinkedIn Partage cet Article sur Twitter Partage cet Article sur Youtube
Mots Clés

MOHAMED SALAH BOULTIF , air algerie , low cost , filiale catring , restructuration ,

publicite
publicite
MOHAMED SALAH BOULTIF, PDG D’AIR ALGÉRIE, INVITÉ HIER DU FORUM ÉCONOMIE D’EL MOUDJAHID
Croissance et atouts solides

Engagée dans une dynamique de développement et de croissance ambitieuse, Air Algérie affiche sa volonté de poursuivre son offensive, notamment sur l’Afrique.
 La cote de la compagnie reste bonne. Elle a toujours de solides atouts sur toutes les destinations, même si la concurrence est plus intense.

 Quant aux critiques, elles
confortent le PDG d’Air Algérie dans sa volonté d'élever encore le niveau de services de la maison, en valorisant davantage l'apport du service. Autre chantier déjà identifié, la rénovation en s'inspirant des modèles concurrents. «Malgré le plan de restructuration annoncé, la tension sociale a baissé’, a-t-il répondu à une consœur Ses bonnes relations avec le partenaire social et les salariés ce sont améliorées. Ainsi, l'année 2015 s'annonce cruciale, mais l'optimisme est de mise chez M. Boultif.

TRANSPORT Publié Le 25-11-2014 à 21:15 Lu 654 fois.
MOHAMED SALAH BOULTIF,air algerie,low cost ,filiale catring,restructuration,
Crédit Photo : Google Images

Invité du Forum Économie d’El Moudjahid, hier, le président-directeur général de la compagnie aérienne Air Algérie, Mohamed Salah Boultif, a fait un tour d’horizon de tous les sujets et dossiers qui font l’actualité de la compagnie.

 C’est le cas d’abord, pour les résultats de l’enquête sur le crash du 24 juillet dernier. Il souligne d’emblée qu'Air Algérie n'était pas directement impliquée dans l'accident du crash de l'avion espagnol au Mali, d'autant que l'avion était affrété et son équipage était de nationalité espagnole. Il fait savoir à ce sujet précisément que le 20 septembre, il y a eu le rapport préliminaire, présenté par le président de la commission d’enquête, M. Sissi, à Bamako.

 Quant aux résultats du rapport définitif du BEA français, auquel a été confié l’examen technique des deux boîtes noires, ils sont prévus pour 2015, sans avancer de date précise.

 Il confirme qu’au cours des 14 et 15 octobre, une équipe d’Air Algérie, conduite par le secrétaire général de la compagnie et le directeur commercial, a rencontré les familles des victimes et discuté de la préparation éventuelle des actions à mener et à venir.

 Parmi ces actions, il évoque une visite sur le site du crash qui est prévue en coordination entre les familles des victimes comme est prévue une mise en place d’une stèle à la mémoire des victimes. S’agissant de l’identification des victimes, il affirme qu’elle est terminée, rappelant que l’opération est menée par l’Institut de la gendarmerie française et les experts de la gendarmerie algérienne, qui ont pu identifié le reste des victimes.

 Le 30 novembre, il est prévu à Bamako une réunion de la commission de conciliation pour recevoir et valider les résultats ADN de ces tests. Pour ce qui est de l’indemnisation, maintenant que l’identification est terminée, plus tôt que prévue, «les opérations d’indemnisation vont commencer, même si elles ont déjà commencé pour ce qui est de l’indemnité préliminaire qui a été déjà versée à quelques familles», a -t-il rassuré.

 Mohamed Salah Boultif a évoqué un certain nombre de défis et attiré l’attention sur la nécessité d’aller de l’avant pour garantir à la compagnie un avenir meilleur.

 L’Algérie prévoit de développer un trafic de sixième liberté et de lancer de nouvelles dessertes en direction des pays africains. La compagnie doit saisir les opportunités de croissance du transport aérien en Afrique, en particulier, tant le continent offre des débouchés certains et un axe majeur de développement et de croissance pour la compagnie, pour peu que le nouveau terminal devienne un véritable Hub pour le trafic de transit.

 Il explique qu’une éventuelle ouverture du ciel entraînerait forcément une concurrence autrement plus forte sur le trafic de point à point. Il a également abordé la manière avec laquelle la compagnie devrait fournir des services aériens sûrs, fiables, efficaces et rentables pour soutenir le développement de tout le pays, que l’on prépare à l’après pétrole, citant comme modèle le transport aérien de l’Emirates de Dubaï qui assure 27% de revenus pour ce pays, et de poursuivre : «En dressant le bilan des réalités du marché, Air Algérie est tenue d’être en mesure de mobiliser les ressources nécessaires pour accroître sa part de marché.»

M. Boultif voit dans l’ouverture du ciel algérien, à la fois, une aubaine et une stratégie salvatrice à même de booster le niveau de l’économie. D’autres questions ont été également abordées lors de cette rencontre avec les médias.

 «Nous ne craignons ni l’ouverture du ciel au privé ni la compétition que nous avons déjà vécue il y a quelques années avec l’arrivée ou le retour des compagnies étrangères.

C’est pareil pour les compagnies de droit algérien qui ne feront que dynamiser davantage le marché à l’image de Tassili Airlines aujourd’hui tout à fait complémentaire à notre activité», a-t-il dit.

 Le PDG d’Air Algérie qualifie de bonne l’année 2014 en termes de résultats qui font ressortir une évolution positive. «Une année qui a été aussi riche et stimulante», a-t-il estimé. Ainsi, il énumère un certain nombre de résultats chiffrés qui confortent son estimation en rappelant que l’évolution de l’activité de la compagnie se présente en 2012, en termes de résultats de trafic, en enregistrant 4.435.064 passagers, en 2013, la compagnie a enregistré, 4.783.102 passagers, soit une évolution assez importante par rapport à 2012.

 Les réseaux qui ont connu le plus de croissance en 2013, c'est surtout le réseau Afrique avec plus de 48% de croissance, le réseau Europe avec plus de 13%, le réseau Canada (Montréal) avec plus de 16% de croissance et enfin le réseau France qui pèse, à lui seul, 60% dans l’activité de la compagnie et sur lequel a été enregistrée une progression de plus 9% de croissance.

 Le chiffre d’affaires a augmenté de plus 6% et le taux de remplissage a augmenté de  65,8% en 2012 pour passer à 66,4% en 2013. La part de marché, quant à elle, a enregistré plus 13% de croissance. Air Algérie détient 49,3% du trafic aérien en Algérie. en 2014 jusqu’à fin septembre, la compagnie a enregistré 5.300.000 passagers, alors que le nombre de passagers était de 4.800.000 en 2013. En termes de fret également, 9.805 tonnes en 2012, et une croissance en 2013 à 12.841 tonnes.

 Cette évolution s’explique en partie, indique M. Boultif, «du fait qu’il a été injecté en 2014, plus 11% d’offres. Plus on met de l’offre, plus on enregistre le résultat de trafic.

 Ce qui est constaté c’est que le résultat de trafic est plus important que l’offre, on a offert 11% mais on a transporté plus de 12%, en termes de passagers. En termes de valeur absolue, on peut dire que de janvier à octobre 2014, Air Algérie a transporté 494.128 passagers en plus.

 Le transport aérien est en pleine croissance. Et la part d’Air Algérie est en corrélation avec cette augmentation globale». En 2014, par réseau, les augmentations c’est surtout le réseau France qui a enregistré une forte augmentation avec plus de 19% par rapport à 2013, «ce qui est appréciable», a-t-il commenté, précisant que la compagnie a créé une base régionale à Oran, qui a permis de décentraliser et d’ouvrir certaines lignes au départ d’Oran et d’avoir un gain de trafic de 19% vers la France, plus de 21% vers l’Europe et 11% vers l’Afrique.

 «Il y a eu un grand renforcement des vols sur l'Afrique en 2013. On est en train de consolider la flotte avec l’arrivée de 16 avions, nous allons surtout développer ce réseau, qui est le réseau le plus à développer à l’avenir.

 Pour le canada, on a eu plus de 15% de croissance et la Chine avec plus de 41% de croissance en 2014, destination vers laquelle a été ajoutée une troisième fréquence.

 «Cette progression appréciable est moindre sur les lignes domestiques, soit 4% de croissance du fait que le réseau est en train de stagner», a-t-il expliqué. C’est un réseau qui est appelé à se développer, beaucoup de lignes ont été ouvertes en 2013/2014.

 «Avec l’arrivée de trois nouveaux appareils ATR, le réseau domestique connaîtra également, dans un avenir très proche, sa part de croissance», préconise le PDG d’Air Algérie. Dans le développement du réseau à l’international, il rappelle l’ouverture de dix lignes en 2014 avec trois dessertes nouvelles, Lisbone, Vienne et Istanbul, à cela vient s’ajouter l’ouverture d’une ligne Jijel/Marseille.

 «La politique de la compagnie, aussi bien au niveau du réseau international que du réseau domestique, est tout à fait en phase avec la politique des pouvoirs publics»,  fait remarquer l’invité du Forum Économie d’El Moudjahid.

 2015/2017, qui correspond au reste du plan stratégique quinquennal de la compagnie, verra le développement d’autres lignes sur l’Afrique.

 «Nous avons un planning d’ouverture de lignes pour les trois années à venir, des études sont menées pour Addis Abeba, Djibouti, le Tchad, Cotounou, Lomé, Libreville, Yaoundé ou Doula, Bangui et la Guinée. La compagnie nationale Air Algérie connaîtra, à compter de 2015, une vaste opération de restructuration et de développement à tous les niveaux, a affirmé M. Boultif, confirmant que le rapport préliminaire de l’enquête sur la compagnie Air Algérie sera soumis au gouvernement, dans l'attente du parachèvement de l'audit et, partant, l'élaboration du rapport final avant la fin de l'année en cours.

 À partir de 2015, il sera procédé à la mise en œuvre de nouvelles mesures, recommandations et décisions relatives à l'aspect réglementaire, de gestion et de restructuration de la compagnie, en plus de la maintenance, de l'encadrement et de la coordination entre les différentes filiales de la compagnie, a fait savoir le PDG d’Air Algérie. Il s'agit, d'œuvrer à la modernisation d'Air Algérie et à l'amélioration de la qualité de ses prestations, a-t-il affirmé.

 Par ailleurs, il affirme qu’il n’a rien à voir avec la décision d’ouvrir ou non l'espace aérien aux privés, estimant que la décision revient au gouvernement en premier chef.

 Cette restructuration constitue un axe stratégique du développement de la compagnie insiste M. Boultif, précisant qu’elle a déjà été entamée et qu’elle va augmenter à partir de 2015. Grosso modo, il y a des filiales, dont une filiale catring qui est en train de se mettre en place, d’autres filiales pour le fret cargo, pour l’assistance au sol, la filiale maintenance industrielle qui fait partie des quatre filiales qui ont reçu l’approbation du CPE.

 Cela va s’accentuer à partir du début 2015. «On a pensé à une filiale low cost, qui peut également nous préparer à une éventuelle ouverture du ciel algérien et se préparer à être en concurrence avec d’autres compagnies low cost qui vont venir opérer sur le marché algérie.

 Une autre filiale pour externaliser les services de nettoiement des avions et des locaux, de surveillance et un autre service technologies.

 L’aviation, le développement des nouveaux circuits de distribution, smartphone et tout ce qui est TIC.

 S’agissant des effectifs, il y aura un redéploiement, chaque filiale va prendre les effectifs et les moyens déjà existants.

 Actuellement, il y a un sureffectif, mais il y a dans certaines fonctions un sous-effectif, d’où un déséquilibre qui ne facilite pas au niveau des exploitations une meilleure optimisation.

 Un concours de recrutement de 200 pilotes est lancé, il y a 16 nouveaux avions qui arrivent. Une formation des agents techniques d’exploitation qui travaillent au niveau des escales, un appoint aussi au niveau de la maintenance, sur les dix années à venir beaucoup partent à la retraite donc il y a aussi des recrutements en maintenance, ce sont là autant de lignes sur lesquelles nous travaillons», a-t-il conclu.

Source : EL MOUDJAHID Daté du 26-11-2014
Ecrit par : Farid Bouyahia
Copyright - 2007 - 2017 - KooTeO