Logo de VoyagerAlgerie.com
Facebook share
Partage cet Article sur Google Partage cet Article sur LinkedIn Partage cet Article sur Twitter Partage cet Article sur Youtube
Mots Clés

Riadh Niati , Asie , Algérie , Touriste Algérien , Voyages ,

publicite
publicite
Voyager sous les tropiques avec un passeport algérien


VOYAGES Publié Le 06-11-2014 à 06:01 Lu 1811 fois.
Riadh Niati,Asie,Algérie,Touriste Algérien,Voyages,
Crédit Photo : Riadh Niati

Après de nombreuses négocia tions, le ministère des finances a attribué en octobre 2014 le nouveau passeport algérien à 6000 dinars. En comparaison, un tunisien doit débourser 2700 dinars pour acquérir un passeport , et un citoyen français 9450 DZD . Le précieux document permet de se rendre dans un pays étranger pour rendre visite à de la famille, partir étudier ou simplement voyager. Si la destination privilégiée reste le voisin tunisien, marocain ou turc , certains algériens prennent le large pour aller au bout du monde.

IL N'EST PAS SI DIFFICILE DE VOYAGER EN ÉTANT ALGÉRIEN

Le tourisme individuel en étant seulement à ses débuts, beaucoup de citoyens ne savent pas que le passeport algérien permet de voyager sans avoir besoin de visa dans plus de 47 pays . "La plupart n'imagine même pas voyager car ils pensent qu'il faut une fortune pour se rendre en Asie ou dans l'Himalaya", explique Riadh Niati, qui lui, connaît de nombreux moyens de voyager sans trop de frais. "Il faut savoir acheter les billets d'avions sur internet aux meilleurs prix et utiliser des sites comme couchsurfing.com pour l'hébergement".
Pour 4000 dinars, il a pu s'envoler pour la Malaisie et l'archipel indonésien. Moins de mille touristes algériens se rendent sur la péninsule malaise chaque année, ce qui fait de Riadh un voyageur unique.

 "Découvrir de nouvelles cultures et rencontrer des gens intéressants" le motive a bourlinguer sous les tropiques. "Ce sont aussi des pays a majorité musulmane, c'est donc plus facile pour se restaurer dans un restaurant Halal, ou trouver une mosquée". Si l'architecture ou la végétation locale tranchent nettement avec Mazouna, la ville où il a partiellement grandi, l'aspect culturel qui l'a marqué en premier est le rapport à l'islam qu'ont les gens ici. Il lui parait être pratiqué parfois de façon paradoxale, "certaines jeune filles portent le voile ainsi que des vêtements très moulants, cela n'a pas trop de sens". La majorité des femmes musulmanes portent le hijab en Malaisie.

"L'ALGÉRIE ? JE NE CONNAIS PAS"

Riahd ne ressemble pas vraiment à un asiatique, alors on lui pose tous les jours avec curiosité la même question sur son origine. "L'Algérie ? Je ne connais pas" reste la principale réponse que le touriste maghrébin de 23 ans entend lorsqu'on lui demande d'où il vient. Avec humour, le voyageur raconte que, comme  "Algérie" se dit Aljazair dans la langue indonésienne, certains locaux un peu confus pensent alors qu'il travaille pour la chaîne de télévision Al Jazeera ! L'image du pays dans ces lointaines contrées n'est pas nécessairement mauvaise, le pays est surtout méconnu.

Les destinations qui accueillent de nombreux touristes possèdent une multitude de structures pour recevoir différents types de voyageurs et parfois "cette invasion est destructrice pour la culture locale" se désole Riadh Niati. Certains préfèrent visiter les villes et d'autres les plages ou faire une randonnée dans la jungle locale. Voyager aussi loin donne aussi du recul par rapport à son pays d'origine, et le jeune homme conclut en s'apercevant que "sans avoir besoin d'attirer un tourisme de masse, l'Algérie a un potentiel touristique énorme qui ne demande qu'à être exploité".

Source : LE QUOTIDIEN D'ORAN Daté du 06-11-2014
Ecrit par : Kohler William
Copyright - 2007 - 2018 - KooTeO