Logo de VoyagerAlgerie.com
Facebook share
Partage cet Article sur Google Partage cet Article sur LinkedIn Partage cet Article sur Twitter Partage cet Article sur Youtube
Mots Clés

Artisanat , Batna , Aures , bijou traditionnel , foire nationale ,

publicite
publicite
Batna
La capitale des Aurès fête le bijou traditionnel

Plus d’une soixantaine d’artisans bijoutiers venus de vingt wilayas du pays se sont donné rendez-vous dans la capitale des Aurès, et ce, pour une foire nationale consacrée au bijou traditionnel.

ARTISANAT Publié Le 02-11-2014 à 05:59 Lu 3008 fois.
Artisanat,Batna,Aures,bijou traditionnel,foire nationale,
Crédit Photo : Google Images

Cette deuxième édition, qui a été reportée à maintes reprises, indique le malaise que connaît le secteur, qui semble être négligé et considéré comme la dernière roue de la charrette, selon les propos des artisans, qui ne croient plus aux miracles.

Cette deuxième édition entièrement consacrée au bijou traditionnel, selon les initiateurs du projet, soit la Chambre de l’artisanat et des métiers de la wilaya de Batna, doit être une occasion pour les artisans de repenser leur secteur, créer un carrefour d’échange, mais aussi et surtout voir les modalités et possibilités de trouver un moyen pour la création d’un réseau de vente et de commercialisation, qui semble être le point faible du secteur en général et du bijou traditionnel en particulier. Selon un artisan, la traversé du désert que connaît l’artisan et l’artisanat est due en grande partie à l’absence d’un circuit commercial, c’est-à-dire un circuit de vente.

Dans les différents stands du salon, les artisans ont reçu des citoyens qui certes, connaissent les produits de certaines régions dont le bijou n’est plus à présenter, à l’exemple des parures kabyles et à un degré moindre le bijou targui. Cependant, beaucoup de citoyens ont été agréablement surpris par le bijou en corail d’El Tarf ou encore la cheda de Tlemcen, qu’ils disent avoir vu certes à la télévision, mais jamais d’aussi près, sachant que cette dernière a bénéficié d’un classement au patrimoine matériel international. D’Oran, de Constantine, d’Aïn Témouchent, Biskra, Souk Ahras, Alger et bien d’autres régions du pays, des artisans ont présenté le fruit de leur labeur, avec l’espoir que le secteur connaîtra une embellie prochaine, car le point commun et le point faible qui revient lors de nos conversations avec les artisans, c’est toujours la rareté du produit, l’absence de circuit commercial et les diatribes de l’administration.

Selon les responsables du secteur, il y a une nouvelle volonté des autorités à l’échelle nationale pour que ce secteur retrouve sa place d’antan. A titre d’exemple, la capitale des Aurès, qui n’a toujours pas une maison de l’artisan et l’artisanat, sera dotée de cet établissement dans à peine douze mois, nous dit-on. Cependant, des visiteurs avertis nous font remarquer que des vendeurs proposent des bijoux de contrefaçon (de Turquie ou de Syrie) dans un salon consacré à la renaissance du bijou traditionnel, ce qui semble anormal. Les organisateurs, quant à eux, semblent privilégier le nombre des participants même avec des produits du marché parallèle, au détriment de la qualité et de l’authenticité.

Source : REPORTERS Daté du 02-11-2014
Ecrit par : JUBA RACHID
Copyright - 2007 - 2018 - KooTeO